Contexte économique

Contexte politico-économique

En 2008, l’Argentine continue son expansion économique qui avait chutée pendant la crise de 2001. En effet, depuis 2003, l’Argentine a entamé un processus de reprise économique profitant de la dévaluation du peso pour promouvoir ses échanges commerciaux. Le taux de croissance du PIB a connu une constance moyenne oscillant entre 8 et 9 % depuis 2003. Les experts prévoient une diminution à 5 % pour 2009. Le gouvernement dirigé par Cristina Kirchner depuis 2007 mène une politique économique interventionniste limitant l’accès aux investisseurs étrangers sur certains pans de l’économie. Elle va à contre-courant de la politique établie dans les années 90’, où l’ouverture du marché était la règle mais qui s’est terminée par une crise sans précédent en 2001.

Le gouvernement est confronté à une situation sociale dont les effets de la crise se font toujours ressentir. L’inflation reste constante et élevée (10% selon les statistiques étatiques), la proportion du chômage touche en grande partie de la population, 25% des argentins vivent sous le seuil de pauvreté. Malgré le conflit sans précédent entre le gouvernement et le monde agroalimentaire du premier semestre 2008 et les critiques qu’il a subi au sujet de sa politique d’étatisation de secteurs autrefois privatisés, l’Argentine possède des atouts non discutables pour faire face aux difficultés.

Le pays est un réservoir d’eau et de nourriture. Son agriculture moderne, équipée, productive s’oriente vers les exportations. Ses ressources naturelles sont considérables (cuivre, gaz, pétrole), sa main-d’œuvre qualifiée reste concurrentielle.

Situation de l'Argentine

L’Argentine rentre dans sa 7ème année de croissance avec des taux égalant la Chine (moyenne entre 8% et 9% depuis 2003). Depuis 6 ans le taux de chômage a diminué considérablement et s’est positionné entre 7% et 8% en 2007. La balance commerciale positive depuis 2003 a permis au gouvernement de rembourser sa dette au FMI en 2005. En 2007, le PIB en augmentation constante nous donne le chiffre de 6682 USD par habitant soit 8,5% de plus que l’année 2006.

Les défis à relever

L’inflation officielle a été de 8,9% pour 2009; toutefois plusieurs cabinets privés tout comme les argentins peuvent se rendre compte d’une inflation réelle plus proche des 15% ou 20%. Quelques signes témoignent de cette préoccupation et le gouvernement s’emploie à remédier à l’augmentation des prix grâce à différents outils de contrôle; limitation des exportations ou encore négociation directe avec les acteurs des secteurs concernés. Il faut ajouter un contexte syndical avec des demandes d’augmentation de salaires oscillant entre 16% et 19% ce qui entraîne l’économie vers une spirale inflationniste.

Il est à noter que l’Argentine en 2008 a exprimé sa volonté de rembourser sa dette envers le Club de Paris (fonds réunis après la crise par les pays riches pour aider l’Argentine) dans le but de favoriser l’entrée d’investissements directs de l’étranger de la part des pays du « Club de Paris ».

Intérêts des entreprises françaises

Les intérêts pour les PME françaises restent des niches dans les secteurs porteurs comme le tourisme, la construction, l’industrie automobile et l’agriculture.

Il faut tout de même relativiser car même si certains secteurs sont porteurs ils ne garantissent pas une vente pour les entreprises françaises car le taux de change reste une barrière importante pour les importations de la zone euro.
De plus, le pays est peu peuplé sur une superficie très importante, les quantités des ventes ne seront pas comparables à la consommation de masse que peuvent avoir les pays comme la Chine, l’Inde, le Brésil.

Il reste intéressant pour les entreprises françaises de se fournir en Argentine soit en services (sous-traitant dans le domaine informatique ou Call Center) car l’Argentine possède une population avec un bon niveau d’études,  mais aussi en matières premières dans le secteur agricole. Il faudra dans tous les cas choisir sa stratégie en tenant compte de l’importance de la région du Cône Sud (Argentine, Chili et Brésil).

© 2017 CCI FRANCE ARGENTINE